Navigation

L'Association

Calendrier

Novembre 2017
Add event Soumettre un évènement
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Connexion

Pseudo :  Mot de passe :  Inscrivez-vous maintenant !

Attention les 2 champs sont sensibles à la casse ^^

SmartSection is developed by The SmartFactory (http://www.smartfactory.ca), a division of INBOX International (http://inboxinternational.com)
Jeux de Rôles > Yuukaï > Nouvelle d'introduction
Nouvelle d'introduction
Publié par Luna le 29/5/2008 (2274 lus)
Cette nouvelle est en cours d'ecriture, il me semble qu'il y a plein de faute ... et que bon c'est pas tout tres évident a tout comprendre ... il faudrais que je la retravaille un bon coup. Cela dit vous pourriez deja me donnner votre avis pour ce début la. :)

I) Un éveil brutal
II) La prise de conscience :
III) Etude :
IV) Partage :
V) Révélation :
-----------------------------------------------------------

I) Un éveil brutal

L’étiquette que notre monde impose, m’oblige à présenter. Alors voila, je suis Mataku Horoshi, lycéen de 17 ans, groupe sanguins A positif. Pourtant ce ne sont que des stéréotypes, rien de tout cela ne dit qui je suis.
Je me lève une fois de plus pour une journée banale, je dois prendre le métro pour me rendre au lycée. - Je suis une fois de plus en retard, mais ce n’est pas grave car je ne vais rater qu’un cours d’allemand. – Mon univers n’est que routine insupportable. Temps pis me voila arrivé, je sors du métro. Soudain une explosion, beaucoup de bruits, beaucoup de fumées, beaucoup de cris, une nouvelle explosion plus proche et ... plus rien.
Assourdi... Du sang s’écoule de derrière les décombres, la fumée dégagée par cette récente explosion m’empêche d’y voir mieux .... Je n’ai pas le temps de réagir quand je me rends compte qu’une lueur surréaliste m’entoure. Une grande douleur, mes tempes palpitent, je ne suis que Souffrance. Quelque chose tente de s’insinuer en moi. Je souhaite lutter de tout mon être, je n’ai pas encore vécu!
La douleur s’estompe aussi vite qu’elle est venue. Je ne ressens plus cette terrifiante présence en moi. Mais je ne suis pas encore apaisé, des millions d’informations nouvelles assaillent mon esprit. Celui-ci semble sur le point de rompre. Tout va trop vite, je suis incapable d’analyser la moindre chose. Il me semble que mes sens se sont aiguisés, j’entends des centaines de voies comme des millions de murmure, ma vue semble pouvoir percer les nuages. Le temps me parait palpable, tendis qu’au ralentis j’aperçoit le visage des personnes qui étaient venu me secourir et des curieux se déformer en un rictus de frayeur.
J’ai l’impression de m’être habitué à cette migraine toujours présente. Je m’éveille a nouveau, pour la seconde fois. Tout parait différent, c’est comme une seconde vie pour laquelle je n’avait pas aspirée. Des choses qui jusque la m’était inconnue s’ouvre a moi. Mes sens sont en extases tendis que je hurle de douleur. Ceci achève de faire fuir la population qui était autour de moi.
Dans le reflet de leurs prunelles terrifiées je m’aperçois que ma nouvelle apparence n’a plus rien d’humaine. De grandes ailes de plumes scintillantes trônent au milieu de mon dos, ma peau est cristalline et une odeur d’ozone envahis les lieux. Ma silhouette semble plus être celle d’un félin que d’un humain.

II) La prise de conscience :

Au commencement, rêves éveillés ou visions délirantes mélangeant époques, sens et réalité. Une overdose de sens m'assaillait les neurones. Réagissant d'instinct plus que de raison, je fuis ce lieu de cauchemar. Le ciel s'ouvrais a moi, un bleu limpide s'enfoncé dans le sol éventré. Perdant l'équilibre régulièrement par la faute du chaos qui régnais en moi, je sorti en trombe du métro, traversant la rue.
Effrayé, perdu, honteux les sentiments étaient d'une rare violence. Je souhaitais ne pas être là, je me sentais responsable de ses morts et de ce sang. Mon désarroi me fit courir le plus vite possible vers un lieu ou je pourrais disparaître. En parcourant la rue, une étrange impression m'envahis. Le monde tournait aux ralentis. Les passants semblaient immobiles et le mouvement des voitures était lent.
Risquant un regard derrière moi, alors que j'arpentais la rue au milieu d'une dense circulation immobile, je vis le désastre. Je laissais un sillon de panique dans la foule de piétons déjà pétrifié de peur. Le métro était littéralement éventré. Les explosions avaient semés le désastre dans la paisible Tokyo. Les corps calcinés des victimes gisaient en morceaux épars encore fumant.
Soudain, le plus improbable arriva, un vague d'air comme le souffle d'une nouvelle explosion sans détonation projetas les passants. Les voitures enchaînaient les accidents suite à mon passage. Je ne comprit que trop bien ce qui se produisait derrière moi. J'étais le responsable. La foule hurlait, j'avais semé un vent de panique dans la ville.
Alors d'un bond je rejoins le bleu du ciel qui m'appelait, fuyant mon propre cataclysme. Etonné, je remarquais avec enfin un peu de joie que je volais, tel un oiseau. Non, mieux que n'importe quel volatile. Ce fut le soupçon d'apaisement avant de constater qu'en bas le désastre ne faisait que s'empirer. Une émeute avait éclaté opposant des illuminés aux forces policières. Et comme si cela n'était pas suffisent un gang de bozoku* venait d'arriver sur les lieux. Honteux je rentrai chez moi.

* Bozoku : Loubard a moto.

III) Etude :

Il me fallut quelques heures pour réussir ce qui me parut tout d'abord impossible. J'étais paniqué à l'idée que ma nouvelle apparence pourrait être définitive. Cependant je ressentais une formidable énergie bouillonner en moi. Bien que sous cette nouvelle forme je me sentais plus fort plus véloce et mes sens plus affûtés qu'avant. Je ne pouvais me résoudre à l'accepter. J'avais besoin de me reconnaître, comme un désir de mieux se comprendre, un désir de savoir qui nous somme. Le miracle se produisit, au bout de quelques heures, alors que la panique avait cédé au désespoir, et que finalement le désespoir devint clame.
Nue, je venais de maîtriser la transformation. Mes vêtements tombaient en lambeaux. Ils ne n'avaient pas supporté l'intensité de mes péripéties. Je m'hâtai de rejoindre ma garde robe. Enfilant une nouvelle peau textile, je passai la nuit éveillé à méditer sur les bizarreries de la journée. Apparemment le calme était la source du contrôle. Mais serai-je a même de contrôlé toutes des forces qui sommeillent en moi ? Qu'étais-je devenu ? Etais-je une sorte de dieu ? ou bien un super héro ? Qu'allais-je faire de toute cette puissance ?
Etrangement, l'immense raz de marée d'énergie devint tel un lac placide en a peine un nuit. Je décidai le lendemain de retourner à l'école. Peut être que me retrouver dans le cadre habituel me permettrait de réfléchir calmement. Cette fois ci je parti a pied, évitant les mauvais souvenir de le veille.
Alors que je longeai un canal, je croisai une élève de ma classe, Hitaka Mitsuko. De nature plutôt réservée, elle était déléguée de classe. Assez grande pour son age, elle avait les cheveux ébène et la peau pâle dans le plus pur style traditionnel japonais.
Elle s'enquit de mon état de santé, me faisant remarquer mon absence de la veille. Soudain je me senti mal a l'aise. Le mensonge que je lui servis sonna faux. Elle ajouta que l'attenta terroriste de la veille l'inquiétais. Le journal d'information du soir avait étouffé la vérité. Sentant un vague de honte me submerger, je perçus de bref changement sur mes mains. Mon autre apparence mue par une volonté propre sembla vouloir resurgir.
Me concentrant de tout mon être pour réfréner la transformation, je traversai sans prendre garde aux feux. Un camion me percutât et roula sur mon bras. La douleur était intense, mes os dépassaient de ma chair. Le sang coulait. Je perdis conscience. Je su pas tout de suis ce qu'il s'est passé après.

IV) Partage :

Je m'éveillai allongé sur un brancard dans une ambulance. A mon chevet la douce Mitsuko criait mon nom les larmes aux yeux. Le bandage autour de mon bras attesta qu'un simple premier soin avait était appliqué. Cependant la douleur s'était envolée. Je crut d'abord a l'effet d'un quelconque anesthésiant.
Hitaka Mitsuko me flatta d'un tendre sourire candide voyant que je reprenais conscience. J'étais paniqué, qu'avait-elle vue ? Avait-je changé devant ses yeux. Soudain je me rappelle sa voie répétant "Ne meurt pas! Ne meurt pas!". Je ne me savais pas si important à ses yeux. Ou alors il ne s'agissait que d'une simple réaction humaniste..
Mon bras ne me fait plus mal, et peut a peut l'intensité de nos regards éveille en moi un flot de passion faisant surgir mes traits monstrueux. L'expression de Mitsuko changea subitement de la candeur a l'horreur. Je réalisa ce qui m'arivais. Je n'avais pas le temps de réfléchir, je ne voulais pas être découvert. Pas maintenant, pas si tôt, je ne me comprends si peu. Réagissent d'instinct d'une main je saisit le bras de Mitsuko, de l'autre j'ouvrai la porte arrière du véhicule et m'envola loin de tout ceci.
C'est assit sur le toit d'une des immenses tours de Tokyo que je partageai pour la première fois mon secret. Mitsuko effrayé dans un premier temps, s'apaisât et tenta de comprendre. Je réussit cette fois a reprendre forme humain rapidement. Nous discutâmes toute la matinée, elle m'avoua qu'elle m'aimait depuis quelques années. Ce fut la naissance de notre couple.
Parmi les étranges facultés que ma nouvelle apparence revêtait, je réalisai que je régénérais. Mon bras était totalement guérit. Pas plus qu'une légère cicatrise qui mis seulement quelques jours a disparaître. Que me réservais d'autre comme surprise mon état ? Il fallait que j'en apprenne plus, il me fallait trouvé des informations.
Ainsi l'après-midi je retournai en cours avec Mitsuko. J'évita soigneusement les professeurs et me rendis dans la bibliothèque. Je passa un bonne partie de l'après midi a parcourir tout les recueils de légende et de mythologie. L'espoir de trouver une piste ne me quittait pas, mais ce fut sans succès. Lorsque j'entendis un "bonjours, tout vas bien ?" venant de la directrice de l'établissement qui était juste derrière moi. Elle m'invita à la suivre dans son bureau...


V) Révélation :

Tendu en prévision d'une mauvaise réaction de ma part suite à des habituelles remontrances, je donnais tout ce que j'avais pour me contenir. Non sans peine je me précipitai dans le refuge qu'était devenu pour moi son bureau. Hachiko Yoshota était une jeune directrice d'une trentaine d'années, elle porte des vêtement strict mais classe démontrant sa capacité a allié plaisir et travail.
Elle s'assit en face de moi. Me dévisagea quelques instant, puis me dit :
"- Ca fait depuis hier que l'on ne t'a vue. T'est t'il arrivé quelque chose ?"
J'hésita quelques instant, je ne pouvait lui révélé tout ce qui était arrivé. Mais peut me ressentant à l'aise et j'éprouvai le besoin de se confier. Nullement étonné elle me assura qu'elle connaissait le problème et qu'elle ferait en sorte de m'aider. Mais que pour l'instant je devais surtout apprendre à conserver le contrôle.
Je rentra chez moi, croisant le vide laissé par les envahissants emploies parentaux. Je dormis paisiblement une longue nuit. Le lendemain je fit route avec Mitsuko, notre relation avait pris rapidement un nouvelle envol. Elle me considérait comme son héro. Lors de la pause déjeunée nous décidâmes d'aller dans un bon restaurant. S'attardant devant le boutique sur le chemin, sans prendre garde je la devança quelque peu.
Une procession de moines bouddhistes, croisa notre route. Il en dégageait un étrange sentiment de sérénité. Alors qu'il venait de dépassé Mitsuko me rejoint en trottinant, je le vis se retourné sorte diverses armes, et courir vers moi. Ils se mettent a tirer. Ils en ont après moi. Mais Misthuko est touché, elle s'écroule au sol. Je change subitement de forme sous la colère et les tuent un par un.

Naviguer à travers les articles
Article précédent Illustration YuuKaï Yuukaï : Présentation du jeu Article suivant
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation



JUMP to TOP - 18.11.2017 -